Commentaires traduits laissés à la suite de l'article " Les Hommes sont des Etres Sexuels, pas vrai ? Faux."

1. berryblade - March 12, 2010 

Et n'est-ce pas intéressant de voir comment, dans ces soi-disant "journaux féminins", il y a toujours des articles pour expliquer comment améliorer le sexe intrusif (penis dans vagin) pour SON profit à lui, et seulement tous les trente-six du moins ils produiront un très mince article expliquant comment vous devriez être positionnées sur le dessus car cela pourrait stimuler votre clit.

non, les hommes ne sont pas des “êtres sexuels” du tout, n'est-ce pas ? pas plus que n'importe qui d'autre. s'ils l'étaient, ils seraient si les hommes étaient les "être sexuels" qu'ils clament être, ils seraient juste autant intéressés pas un massage ou par nous faire jouir à la place, toutes ces "autres choses" sont "sexuelles" après tout, en réalité, ils sont simplement agressifs et croyant être dans leur droit, croyant bénéficier de prérogatives et de privilèges, et ils abusent au quotidien de filles et de femmes en exigeant le sexe PIV qui est problèmatique pour nous mais pas pour eux. Il n'y a réellement aucune autre vérité de plus à comprendre que cela. et toutes les hommexplications du monde n'y changeront rien.”

totalement et parfaitement.

2. andrea dworkin (ou peut-être pourquoi je déteste le porno partie 2 ?) « anti social butterfly (IMHO) - March 12, 2010 

[...] à propos de ces institutions. Je n'en ai rien à faire du truc dans lequel on veut me faire emboiter, parce que je dis non. Tout comme Femonade l'a déclaré dans son dernier article, le sexe intrusif PIV (pénis dans le vagin) n'a vraiment pas beaucoup d'avantages [...]

3. pmsrhino - March 12, 2010 

Je continue d'essayer de convaincre le petit ami de me laisser fourrer des choses dans son derrière. "C'est scientifiquement prouvé" je lui ai dit. Un jour... : P

Je me compte comme incroyablement chanceuse d'avoir un petit copain qui est en fait honnêtement intéressé pour me faire jouir plus souvent que lui-même. Je ne suis pas certaine si c'est plutôt parce que j'ai fini et ai joui en presque 30 secondes et que ça peut lui prendre plus de 30 minutes (s'il y a quelque chose encore), ce qui fait de moi une "tâche" bien plus facile que lui-même. De plus, je suis plutôt gourmande avec mes orgasmes, lol :P

On plaisante souvent que si on croyait aux stéréotypes avec lesquels nous sommes tous bousillés, je suis plus "masculine" et qu'il est plus "féminin" (jai même eu droit au “pas ce soir j'ai une migraine” venant de lui, lol). Même si certains jours je me sens un peu déconcertée parce que je voudrais des orgasmes sans arrêt et qu'il n'est pas souvent d'humeur, je me compte comme une femme extrêmement chanceuse que mon petit ami n'essaie pas de me forcer à avoir du sexe PIV qui, bien que je l'aime une fois en passant, tend à me rendre nerveuse à cause du bébé potentiel et de tous les autres mauvais facteurs (mon petit ami et moi sommes complètement dans la masturbation mutuelle et d'autres formes de sexe pas PIV).

Mais mon petit ami mis à part, zut, j'en connais plein des types qui sont qui sont complètement dans le sexe PIV. Je me rappelle clairement une conversation que j'avais eue avec un ami au début de mes études à l'université.

Il parlait de sa petite amie du moment et combien c'était frustrant parce que "quand même, après 3 mois, on peut prétendre à avoir des relations sexuelles" et elle ne devrait pas le contrarier. Je pense que c'était la première fois que je pensais "oh putain de merde! Cette chose est exigée après un certain laps de temps et après, ça n'a plus d'importance si on l'aime ou si on est sa meilleure amie, il vous quittera s'il ne peut pas mettre sa queue à l'intérieur de vous ?!" En plus ça se passait à un moment de ma vie où je me sentais très mal à l'aise avec le sexe et je pense que cette conversation et cette analyse que j'ai faite, fût pour une bonne part la raison pour laquelle je n'ai jamais eu qu'un seul petit ami à l'université. Cette relation était d'ailleurs assez mauvaise, je ne voulais même pas me laisser peloter par le garçon, cela me faisait tellement flipper parce que tout ce que je pouvais penser était : "Oh mon dieu, il veut avoir des rapports sexuels avec moi, je ne veux pas, oh mon dieu, qu'est-ce que je devrais faire ?"

Cette mentalité que "les mecs ont besoin de vagins tout le temps, n'importe où, ou bien ils ne peuvent juste pas VIVRE" (ajoutée à la réflexion opposée que les femmes ne veulent quasiment jamais avoir ces rapports sexuels) empêche les hommes d'être heureux avec d'AUTRES activités sexuelles agréables ou d'être sûrs que les femmes jouissent vraiment (car les femmes ne sont pas intéressées pour avoir des orgasmes, bien sûr, hein ?).

Et au moins selon ma propre expérience, cela empêche certaines femmes d'apprécier la relation dans laquelle elles sont à cause de cette obligation sexuelle qui leur semble suspendue au dessus de leur têtes, que l'homme y pense en fait ou pas.

Cett merde n'est pas inscrite dans la nature, c'est ENSEIGNE, et les hommes apprennent pratiquement dès la naissance que le sexe est important et qu'il est si important que rien ne devrait les empêcher d'en avoir. Qu'ils ne sont pas des hommes sans cela.

Je dis que tout cet essentialisme est de la merde. Peut-on commencer à exiger des cours de sociologie au collège au lieu de ceux de biologie ? Cela mettrait probablement pas mal de merde à l'écart des gamins. Culture plus importante que la nature !

4. Level Best - March 12, 2010 

fcm, ton dernier paragraphe met le doigt dessus, absolument.

Je pense que la connaissance que les femmes recoivent à l'autre bout de la chaîne les risques de grossesse, de MST, les mycoses, les blessures intimes, etc, etc.. joue un rôle important pour rendre ces porcs égoïstes qui exigent/pensent qu'on leur DOIT LE PIV, si merdiquement "sexuels". Il n'y a pas de risque comparable pour eux.

factcheckmefactcheckme - March 12, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

levelbest, je ne suis pas certaine que c'était ce que tu pensais, mais c'est quelque chose que je suspecte d'être vrai depuis longtemps : qu'une bonne part du frisson pour eux est de savoir est qu'ils nous ENCULENT quand ils nous baisent. que nous sommes potentiellement tellement arnaquées (ou que nous le serons dans quelques semaines quand nous réaliserons les pleines implications de l'évènement quand grossesse et maladies seront au RDV) et ils aiment juste *cela* bien plus que le ramonage lui-même, en fait. bien sûr, cela demanderait quelques connaissances de leur part des risques qu'encourent les femmes, et ils plaident l'ignorance complète. cela fait partie du jeu... qu'est-ce qui est réel et qu'est-ce qui est feint ? les hommes sont-ils des démons, délibérement ignorants, ou juste des idiots par nature ? et ainsi va le débat, encore et encore. les radfems sont les seules qui ont sauté en dehors de ce chemin débilisant, et qui n'en ont rien à péter du POURQUOI. les hommes font ce qu'ils font, et c'est extrêmement dangereux pour les femmes, fin de la discussion.

je sais qu'une bonne part du frisson pour moi était le risque que je prenais. aussi malsain que cela semble de le dire, et aussi malsain que c'*est*. je pense que c'est une part du frisson pour la plupart des femmes, qu'elles veuillent l'admettre ou qu'elles le réalisent ou pas. cela fait partie de la crise du "il ne m'a pas appelée!" que beaucoup de femmes ressentent, après les faits. nous avons foutument mis nos vies en jeu, et pour quoi ? mais le réaliser arrive trop tard. aucune relation ne peut être basée là-dessus, aucun paire, et TRES souvent aucun plaisir réel du tout. cela ne vaut tellement pas le coup. et les putains de mecs ne reconnaissent même pas ce que nous *avons fait* pour eux. combien nous étions prêtes à donner, POUR EUX. c'est comme si cela ne comptait pas pour eux... parce que CELA NE COMPTE PAS. parce qu'eux ne risquent rien, du tout. et nous si, toujours.

factcheckmefactcheckme - March 13, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

A propos des journaux féminins... ne me laissez même pas commencer là-dessus. berryblade, c'est juste comme tu le disais : la soi-disant "sexualité féminine" a tout à voir avec devenir des putains d'acrobates et des poupées gonflables, quand nous essayons de simuler nos clitos, AVEC LA QUEUE OBLIGATOIRE A L'INTERIEUR DE NOUS. je peux stimuler mon propre clito, mais c'est quoi ce trux à propos de la pénétration pénienne obligatoire?!? c'est de cela que je veux parler. mais moi (et quelques autres radfems) sont les seules qui veulent en discuter, tu sais, la diplomatie sexuelle en politique.

Plus j'écris là-dessus, plus clairement je découvre que les fun-féministes normalisent la misogynie des hommes, et normalisent leur intérêts dans le viol.

merci "la libération!" nous sommes toutes bonnes avec la baise (sauf quand nous ne le sommes pas) mais pas un mot sur l'arnaque sexuelle, opérée par les hommes ni sur leur besoin de nous dominer ? la seule chose qui génère le VIOL dans la pénétration pénienne PIV "plus répandue" est le putain de CONSENTEMENT. donc l'enjeu (pour les hommes) devient celui du consentement. mais sans avoir changé en réalité ce qu'ILS nous font subir. ils nous font prendre le risque de nous bousiller. encore et encore et encore. et, nous mettre en danger les fait JOUIR. c'est tellement malsain, ça l'est vraiment. s'ils pensaient aux implication du PIV, et combien c'est dangereux pour les femmes, est-ce qu'ils jouieraient toujours ? la plupart de femmes ne le peuvent foutrement pas. ce n'est pas une coïncidence. si nous nous lançons à poser la question, à propos des hommes, nous devons nous préparer à recevoir la réponse, et la réponse pourrait bien être "oui, les hommes jouieraient de toutes façons, dans tous les cas." et cela voudrait dire que c'est PHYSIQUEMENT, MENTALEMENT, et EMOTIONNELLEMENT excitant pour les hommes, en tant que groupe, de perpétrer les abus.

Bon, nous savons toutes depuis plusieurs siècles d'où les bébés viennent, et les hommes éjaculent encore dans des vagins. donc, je pense que nous avons notre réponse. maintenant la question est de savoir "qu'est-ce que l'on fait avec cette information."

5. ashley - March 13, 2010 

Vous avez probalement lu les articles à propos de cette "culture du flirt". Le nom donné à la culture actuelle de socialisation hétérosexuelle, par laquelle les femmes sont requises d'avoir un rapport sexuel avec les hommes avant de connaitre leurs noms de famille.
Cela tourne souvent sur les blogs féministes.

Je ne vais pas mettre de liens pour ces articles ou posts, mais ils sont faciles à trouver et certainement que beaucoup d'entre vous les ont lus.
Il y en avait un en particulier qui me semblait se démarquer du lot récemment, donc ton post est à propos.
L'entière discussion à propos de la culture du flirt est extrêmement hétéronormative et en général exclue l'expérience non-hétéro.
Quelquefois le sujet de l'asexualité est abordé, comme une explication à la réticence de la soi-disant culture du flirt.
Il y a aussi des femmes hétéros qui déclarent qu'elles se sentent réellement mal à l'aise avec une culture dans laquelle avoir un coït est un prérequis avant même de commencer à penser à mieux connaître un type pour une POTENTIELLE relation. Et les femmes qui ne se plient pas à cela dans cette culture actuelle sont tout autant isolées des contacts sociaux qui amèneraient à une relation sexuelle. Ceci fait souvent l'objet de débats, autant dans un contexte non-féministe que dans un contexte féministe.

La réponse à l'hétéro qui exprime cette inquiétude est généralement, je comprends ton embarras, mais c'était pire dans les années 50 quand les femmes devaient ressembler à June Cleaver, etc... A la base, ce sont des suppositions en réponse aux femmes qui résistent à la demande de sexe PIV sans engagement de la part des types, qu'elles sont certainement conservatrices, "vieux jeu", etc... Je veux dire, cette réponse est souvent donnée par les féministes en fait (les fun-féministes si vous voulez).

J'ai également vu, dans les commentaires de blog, en réponse à l'asexualité, des mecs "libéraux" et quelques fun feministes commenter qu'aucune asexuelle ne devrait jamais *entrer* dans une relation avec une personne "sexuelle" (parce que vous savez, c'est le sommet de la torture quand un type est soumis à une quelconque interaction avec une femme pour plus de 15 minutes sans pouvoir la baiser).

Bien sûr, les fun fems sur la défensive vont avoir tendance à sauter sur l'occasion pour établir le fait que les amoureux du sexe PIV sans engagement peuvent aussi être des femmes!!!111

J'ai même vu une équivalence dressée entre une personne "sexuelle" "coincée" dans une relation avec une asexuelle, avec une femme coinçée dans une relation avec un misogyne. Vraiment. Si vous êtes une femme, et que vous avez un contact social avec un mec sans baiser avec lui, c'est de la même rudesse par rapport à ce garçon que ça l'est pour une femme d'être dans une relation avec un mec qui DETESTE les femmes.

Toujours est-il que les fun feministes ne semblent pas reconnaître le fait que quand les mecs demandent aux femmes hétéros de soit se faire baiser sans attaches ou alors d'éviter tout contact social, cela revient à dire aux fun fems la vérité de ce qu'ils pensent d'eux-mêmes et de toutes les femmes - ils ne sont pas des amis, ils ne les voient pas comme des êtres humains, ils ne les veulent pas pour autre chose que de s'en servir de trous à foutre - ce qui démontre exactement l'opposé de ce que les fun fems essaient de dire à chacune et chacun.
Ce qui est probablement l'explication du pourquoi on voit les fun fems si promptes à montrer des émotions hostiles et défensives quand on les questionnent à propos de leurs relations sexuelles PIV sans engagement.
Une pensée qui me traversait l'esprit à propos de l'asexualité. Je ne discute pas du fait qu'il existe une asexualité légitime, mais je me demande parfois si certaines femmes qui s'identifient comme asexuelles ne seraient pas des hétérotes qui seraient intéressées dans quelques contacts sexuels, mais qui ne sont juste pas intéressées par le PIV.

Certaines femmes (peut-être beaucoup de femmes, si la culture leur permettaient de s'exprimer) soit n'aiment pas le PIV, ne jouissent pas avec, le trouve douloureux, et dans beaucoup de cas ont été violées pendant qu'elles avaient des activités sexuelles autres que le PIV avec des mecs qui ont choisi d'exprimer leur droit acquis au PIV-sur-demande par le viol. Et juste comme le porno = le sexe, le PIV = sexe (pour les hétéros). Donc parce que le PIV est compris comme étant le seul, le tout et la forme finale de l'activité sexuelle hétéro, les femmes qui ne l'aiment pas ou n'en veulent pas peuvent juste laisser tomber l'idée d'avoir du sexe. A nouveau je ne suis pas en train de remettre en question une réelle existence de l'asexualité. Je parie juste que c'est dur de séparer les deux dans notre culture.

Une autre chose que je ne peux pas avaler, est le concept de la "virginité". C'est une autre de ces choses - se préserver soi-même pour les histoire de marriage - que j'observe chez les femmes, et je ne peux m'empêcher de penser que ce qui le sous-tend est une fois encore le désir de prolonger l'évitement du PIV. Pour les mêmes raisons que plus haut. Les femmes ne sont tout bonnement pas autorisées à résister ou à rejeter le sexe PIV dans les relations hétéros. Il n'y a même pas un langage pour le leur permettre.

6. Loretta Kemsley - March 13, 2010 

FCM a écrit:

C'est quelque chose que je suspecte d'être vrai depuis longtemps : qu'une bonne part du frisson pour eux est de savoir est qu'ils nous ENCULENT quand ils nous baisent. que nous sommes potentiellement tellement arnaquées (ou que nous le serons dans quelques semaines quand nous réaliserons les pleines implications de l'évènement quand grossesse et maladies seront au RDV) et ils aiment juste *cela* bien plus que le ramonage lui-même.

C'est certainement une grosse partie de leur plaisir. Dans une discussion sur le viol, j'ai dit que mentir pour baiser est du viol. Wow. Quelle tempête j'ai levée au milieu des hommes - pendant que les femmes restaient totalement muettes. Le fondement de mon raisonnement est simple : le véritable consentement ne peut pas être obtenu basé sur une escroquerie. C'est un principe fondamental dans les lois concernant les fraudes. Mentir pour obtenir de l'argent est une escroquerie. Pourquoi le mensonge pour obtenir du sexe ne serait-il pas considéré comme une escroquerie ? Ils savent pertinement que la femme les enverrait promener s'ils disaient la vérité. Ce qui signifie qu'ils la trompent délibérément afin de l'amener à s'exécuter. Comment, cela n'est pas du viol ?

Il est évident que certains hommes se réjouissent à l'idée d'engendrer le plus d'enfants possible avec le plus grand nombre de femmes possibles. Les défenseurs des droits des hommes (DDH =MRA) prétendent que l'homme ne devrait pas être tenu pour responsable s'il déclare qu'il ne désire pas l'enfant. Sur un forum, il y avait deux hommes qui postaient (au même moment), l'un poursuivait son ex-petite amie devant les tribunaux pour essayer de la forcer à avoir son bébé et l'autre poursuivait son ex-petite amie pour la forcer à avorter.

Il est évident qu'ils croient qu'un homme peut la féconder contre sa volonté et la forcer à adopter, à nouveau contre sa volonté.

Il semble que nous avons perdu de vue ce point-là dans le mouvement féministe américain. Mais cela ne veut pas dire que c'est perdu dans d'autres pays. Je ne sais pas pourquoi de nos jours les femmes sont tellement intéressée à "inclure" les hommes dans leurs décisions de toute une vie quand elles sont au courant que les hommes se fichent de prendre une responsabilité à vie pour les conséquences de ce qu'ils ont créé.

Luce Irigaray donne un bon argument pour que les femmes arrêtent de définir le sex comme étant le PIV (l'intrusion pénienne dans le vagin). Vous aimerz probablement ce qu'elle écrit. Voici un essai qui défie le pénis en tant que centre de notre univers sexuel :

http://www.colorado.edu/English/courses/ENGL2012Klages/Irigaray.html

Les Féministes Françaises (courant du féminisme) croient que les différences de genre ont un impact sur la sexualité et que si vous utilisez le pénis comme une métaphore non seulement pour le genre mais aussi pour la sexualité; cela implique que la sexualité est une uniformité plutôt qu'une multiplicité parce qu'il y a un seul organe sexuel, le pénis, il y a une seule source de plaisir sexuel, le pénis, il y a une seule notion de désir sexuel, celle du désir masculin.

Luce Irigaray remet en question l'hypothèse selon laquelle la sexualité des femmes serait dépendante de la sexualité des hommes. Elle pose des question et essaie de donner des réponses, des questions telles que : Où est localisée la sexualité féminine si on se réfère toujours au pénis ? Où réside le plaisir femelle ? C'est quoi le désir des femmes et à qui ressemble-t-il, si cela ressemble à quoi que ce soit ? Et pourquoi Freud insiste-t-il que le pénis est le seul véritable organe sexuel ?

factcheckmefactcheckme - March 13, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

pmsrhino, il y a beaucoup de choses à propos de ta relation qui sont en parallèle avec la mienne. j'ai mentionné ici auparavant que mon partenaire et moi nous entendions beaucoup mieux maintenant que je ne suis pas complètement fixée sur le PIV, parce qu'il ne l'est pas, et il ne l'a jamais été, même si *je* l'étais et j'ai failli terminé notre relation, par ailleurs harmonieuse, plusieurs fois à cause de cela. je suis très heureuse de ne pas l'avoir fait. ceci dit, cela ne change rien aux hommes en tant que groupe, n'est-ce pas ? la seule chose que ces cas "exceptionnels" prouvent est que l'obsession avec le PIV est un comportement appris, et cela n'est pas inné chez la classe "male". mais dans un sens cela me rend encore plus en colère. de savoir comme un putain de fait que c'est appris, rend aisé de supposer que cela peut être désappris, mais ce n'est pas réellement ce qui est en train de se passer. par exemple, aux USA, la plupart d'entre nous apprirent à parler l'anglais depuis leur plus jeune age, et ce n'est pas comme si on pouvait le désapprendre à ce point. ce n'est pas exactement pareil, parce que la langue est une compétence apprise assez spécifique plutôt qu'un système de valeurs ou un comportement, mais cela illustre le point que juste parce vous avez "appris" quelque chose cela ne veut pas dire que vous l'avez "choisi". et cela ne veut pas obligatoirement dire que cela peut être changé, ou changé facilement. et le problème des hommes ne voulant pas bordel changer leurs valeurs et comportement à propos des femmes et du sexe va probablement être prouvé comme insurmontable.

7. Sonia - March 13, 2010 

J'aime cela, Ashley.

parce que la "culture du flirt" ne peut pas être le comportement égalisateur des genres pour le nouveau millénaire.. dans une culture qui est encore dominée par le mâle, ce n'est pas possible pour les femmes de se comporter de cette manière (supposée) désirable qui imite les habitudes sexuelles masculines. cetaines parmi nous ont des désirs émotionnels associés au sexe, et même pour ces femmes qui n'en ont pas, la façon dont est structurée la société rend impossible pour nous de nous comporter comme des hommes sans plus grandes conséquences de toutes les sortes.

si la société était structurée autour des besoins des femmes, nous aurions des femmes prenant les décisions sur quand avoir des rapports sexuels et des bébés basées sur de tout autres facteurs - idéalement nous n'aurions même pas besoin de penser aux issues naturelles des rapports sexuels comme une "conséquence". il y a quelque chose de pourri dans une culture où les femmes doivent réfléchir à ce que leurs corps font, de cette façons.

nous devrions définitivement poser la question de savoir si les rapports sexuels vaginaux pour le plaisir sont notre meilleure option. Je pense que les femmes ressentent cela de cette manière seulement parce qu'on leur a dit de le faire ainsi. sans pouvoir masculin, nous ne choisirions pas automatiquement le coït pour avoir un orgasme... sachant que même si un enfant n'en est pas la conséquence, c'est encore quelque chose qui nous freine et qui prend du temps..

factcheckmefactcheckme - March 13, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

ashley, tu as absolument raison qu'il n'existe aucune langue pour décrire ce que tu soulèves, excepté en terme d'"asexualité" ou de "sexe-négativité" mais jamais ce n'est approprié, car le PIv est le "sexe" ne sont pas la même chose. je suspecte aussi qu'il y a quelques femmes plus agées et plutôt énervée qui ont JUSTE réussi à se débarasser de ce PIV pour la première fois de leur vie, seulement pour voir leurs maris commencer à prendre cette merde de viagra, et commencer à faire des demandes pour le PIV tout comme avant à nouveau. quand le viagra est sorti la première fois, c'est ce que j'ai pensé aussitôt. et je me demande combien de "bébés par changement de mode de vie" ont été créés dans son sillage. c'est tellement desespérant que même les hommes les plus agés ne peuvent pas commencer à apprécier le non-PIV, parce que les hommes plus jeunes, c'est foutrement certain, ne vont même pas commencer à essayer. ils n'ont pas de raison pour essayer. maintenant, plus aucun homme n'a de raison. les raisons mentionnées ici (les VIES des femmes et notre bien-être) ne sont pas assez bonnes, c'est clair.

8. pmsrhino - March 14, 2010 

Je suis d'accord. Les comportements appris des hommes, quand on arrive au sexe PIV peuvent avoir été appris mais cela ne veut pas dire que cela serait facile de les changer. Et généralement ces types de comportement appros sont difficiles à changer simplement parce qu'ils sont incrustés à la seconde où on sort de la matrice. Difficile de désapprendre une "réalité" que vous avez connue depuis la naissance. Cela le rend encore plus difficile quand beaucoup d'hommes ne VEULENT pas changer du tout.

J'ai fait une chose similaire avec mon petit ami dans les débuts aussi, après qu'il ait déménagé plus près de chez moi. Le sexe PIV me semblait tellement important. Je ne pense pas que c'était parce que je le désirais, en soi, mais plutôt parce que je pensais que quelque chose n'allait pas avec moi parce qu'il ne voulait pas avoir le sexe PIV et je savais seulement que tout ce que veulent les gars c'est le sexe PIV.

Donc s'il ne voulait pas l'avoir, alors quelque chose devait clocher en moi, et cela ne m'aidait en rien que presque tous mes amis soient des mecs qui tous disaient à peu près la même chose quand je leur en parlais. Cela me prit un moment pour sortir de cette tournure d'esprit.

Malheureusement les petits copains exceptionnels ne changent pas le fait que les hommes en général sont des connards de misogynes et que la culture masculine blesse les femmes et est une horrible force destructrice dirigée contre le monde. Parfois je souhaite vraiment que cette merde soit biologique et pas acquise, alors ce serait aussi simple que de créer une pilule ou une piqure pour changer le monde. Vous savez, si je pouvais convaincre tous les hommes de prendre une telle pilule ou piqure.

9. berryblade - March 14, 2010 

Plus j'écris là-dessus, plus clairement je découvre que les fun-féministes normalisent la misogynie des hommes, et normalisent leur intérêts dans le viol. merci "l'autonomisation!"”

Moi aussi. Une “feministe” pro-porno que je connais a ajouté un lien pour un blog pornographique sur sa page Facebook il y a quelque temps, sans le moindre avertissement ou que cela ne soit pas sûr d'ouvrir le lien sur le lieu de travail ou quoi que ce soit. Elle ne voyait pas de problèmes avec cela, je ne vais pas donner le lien, mais une personne qui se nomme elle-même “fémin-isnt” n'est probablement pas en train d'être utile pour en finir avec la domination mâle et pour libérer l'humanité des rôles de genre oppressifs et de la violence basée sur le genre. Je ne crois pas à cette connerie “d'égalité” non plus – Je ne veux pas être égale avec les abrutis. Je veux que chacun/e soit capable d'être aussi intelligent/e et bien informé/e que tant de rad-fems le sont dans la blogosphère. Ce n'est pas non plus un but irréaliste, si les gens (à la fois les hommes ET les femmes) se préoccupaient de soulever la putain de laine qu'ils ont sur les yeux et de demander POURQUOI aussi bien que QUI, QUOI, QUAND et COMMENT. Ils ont besoin de demander POURQUOI ils demandent POURQUOI.

nous sommes toutes bonnes avec la baise (sauf quand nous ne le sommes pas) mais pas un mot sur l'arnaque sexuelle, opérée par les hommes ni sur leur besoin de nous dominer ? la seule chose qui génère le VIOL dans la pénétration pénienne PIV "plus répandue" est le putain de CONSENTEMENT. donc l'enjeu (pour les hommes) devient celui du consentement. mais sans avoir changé en réalité ce qu'ILS nous font subir. ils nous font prendre le risque de nous bousiller.”

Trop bien, je le sais justement ! J'ai dit ça souvent dernièrement après avoir lu La Police de Dieu et les Putes Damnées de Summer (c'est un texte d'une radicale féministe australienne, si jamais tu es intéressée à le lire, j'ai quelques chapîtres en PDF, si tu voudrais le lire un peu avant de l'acheter) – mais tout le problème avec l'attitude de'“libérassssion” est que le propos est encore principalement de faire rentrer les femmes dans le moule complètement pourri d'un système eistant de conneries basé et centré sur le mâle – il n'y a encore une fois aucune voix de femme sincère derrière ça. Améliorer la sexualité PIV n'est pas prêt d'améliorer la sexualité des femmes parce que c'est encore centré sur les HOMMES.

Bon, nous savons toutes depuis plusieurs siècles d'où les bébés viennent, et les hommes éjaculent encore dans des vagins. donc, je pense que nous avons notre réponse. maintenant la question est de savoir "qu'est-ce que l'on fait avec cette information.”

TIR A VUE, AVERTISSEMENT :

Non, putain, ça m'enrage encore jusqu'aux larmes. J'ai encore la voix de ce pervers violeur d'ex-petit ami en écho dans mes oreilles me disant comment il souhaitait éjaculer dans MON vagin parce que cela lui semblerait meilleur pour LUI. N'ayant pas réussi, il pensait que ce serait une bonne idée de me violer analement parce qu'au moins alors je ne tomberais pas enceinte. Pourquoi il pensait que c'était une bonne idée me bouleverse encore énormément. .

FIN DE L'AVERTISSEMENT

Vraiment. Si vous êtes une femme, et que vous avez un contact social avec un mec sans baiser avec lui, c'est de la même rudesse par rapport à ce garçon que ça l'est pour une femme d'être dans une relation avec un mec qui DETESTE les femmes.

Toujours est-il que les fun feministes ne semblent pas reconnaître le fait que quand les mecs demandent aux femmes hétéros de soit se faire baiser sans attaches ou alors d'éviter tout contact social, cela revient à dire aux fun fems la vérité de ce qu'ils pensent d'eux-mêmes et de toutes les femmes - ils ne sont pas des amis, ils ne les voient pas comme des êtres humains, ils ne les veulent pas pour autre chose que de s'en servir de trous à foutre - ce qui démontre exactement l'opposé de ce que les fun fems essaient de dire à chacune et chacun.
Ce qui est probablement l'explication du pourquoi on voit les fun fems si promptes à montrer des émotions hostiles et défensives quand on les questionnent à propos de leurs relations sexuelles PIV sans engagement.”

Bravo, je n'ai pas vu un meilleur résumé depuis LONGTEMPS.

Donc parce que le PIV est compris comme étant le seul, le tout et la forme finale de l'activité sexuelle hétéro, les femmes qui ne l'aiment pas ou n'en veulent pas peuvent juste laisser tomber l'idée d'avoir du sexe. A nouveau je ne suis pas en train de remettre en question une réelle existence de l'asexualité. Je parie juste que c'est dur de séparer les deux dans notre culture.”

Non seulement cela, mais en tant que personne qui a été assez bête pour croire dans ce tout-connerie de “prOno = liberation”, malgré tout je ne pouvais pas m'empêcher de remarquer que tout ce qui est appelé porno “feministe”, porno de “vraies lesbiennes” et le porno mâle gay, tous doivent impliquer la pénétration à quelque niveau que ce soit, que ce soit par le PIV, par les jouets sexuels ou par les godes-harnais.

Ce sont toujours les mêmes dynamiques à chier. Pénétrer les femmes. Complément d'objet et adjectif.

C'est de la merde. Je suis contente qu'il y ait quelques personnes ici assez intelligentes pour voir à travers les couches de mensonges.

Dans une discussion sur le viol, j'ai dit que mentir pour baiser est du viol. Wow. Quelle tempête j'ai levée au milieu des hommes - pendant que les femmes restaient totalement muettes. Le fondement de mon raisonnement est simple : le véritable consentement ne peut pas être obtenu basé sur une escroquerie. C'est un principe fondamental dans les lois concernant les fraudes. Mentir pour obtenir de l'argent est une escroquerie. Pourquoi le mensonge pour obtenir du sexe ne serait-il pas considéré comme une escroquerie ? Ils savent pertinement que la femme les enverrait promener s'ils disaient la vérité. Ce qui signifie qu'ils la trompent délibérément afin de l'amener à s'exécuter. Comment, cela n'est pas du viol ?”

Totalement. Ce qui est assez amusant est que je n'avais pas vraiment pensé à cet angle de vue là. Merci pour le lien. Tu m'as donné un paquet de choses en plus pour écrire dessus dans mon journal d'études femmes. Désolée pour le long commentaire.

10. veganprimate - March 14, 2010 

Très joli post!

J'ai tellement dépassé le sexe PIV. C'est stupide, c'est potentiellement dangereux, et cela ne semble même pas si bon que cela. C'était quelque chose que je tolérais pour avoir une proximité physique et un orgasme. J'avais en général mon orgasme d'abord, puis je devais mentir après ce point et m'accommoder du fuchu PIV. Quelquefois cela me semblait OK, mais quelquefois j'ai été vraiment mal à l'aise. J'essayais de dire au gars de stopper, que c'était devenu pénible, et il répondait, “attends, je vais bientôt jouir.”

Bon Dieu! Je suis encore en colère après ce type. Je devrais chercher où il se cache et éclater sa saloperie de queue en mille morceaux.

Je pense que si vous essayez de tomber enceinte, vous ne devriez même pas avoir le sexe PIV du tout. C'est tellement idiot d'essayer de faire un bébé quand vous ne voulez pas faire un bébé. Au lieu de fuire simplement le sexe PIV, nous le gardons, et même ajoutons plus de complexité à l'équation. Maintenant, nous devons créer le contrôle des naissances et certains sont très dommageables. Même les plus bénins des contrôles de naissance... les préservatifs... ne sont pas complètement sans problèmes.

Je me sentais toujours un peu irrité en bas après avoir utilisé des préservatifs. Et quand j'utilisais des préservatifs avec du spermicide, j'ai attrappé une infection de la vessie. J'ai découvert plus tard dans un bouquin médical que le spermicide ne tue pas seulement le sperme, mais tue beaucoup de la flore bactérienne normale du vagin... sauf les E. Coli. Donc, vous avez alors un paquet de coliformes qui sont poussés dans l'urêtre pendant le sexe.

Tu as tellement raison à propos du désir des hommes pour le sexe PIV qui ne vient pas du fait que les hommes seraient des êtres sexuels. Toute l'explication est dans le danger potentiel et dans la domination. J'en arrivais toujours au sexe PIV quand je sortais avec des hommes. Nous faisions de la masturbation mutuelle et des choses pour un moment avant que je ne consente au PIV. Et vous savez quoi ? La relation prenait définitivement un nouveau tour après le PIV, et pas pour le meilleur.

Je pense que les hommes ont un paquet de problèmes. L'un est qu'ils ont une faible estime d'eux-mêmes. Ils croient vraiment qu'ils sont des morceaux de merde. Et ils croient aussi que le sexe est mal et sale. Donc dans leurs esprits, si quelqu'un consent au sexe PIV avec eux, cette personne doit être encore pire. Qui laisserait une merde les baiser ? Une merde ratée encore plus grosse. Et cela, c'est leur excuse pour continuer à nous traiter mal.

Quand les femmes font toutes les choses féminines qu'on attend d'elles... comme le maquillage, les talons aiguilles, les ongles acryliques des salons de beauté, etc... c'est de la publicité gratuite pour les hommes. Ils savent que la femme fera n'importe quoi de ce qu'ils lui demanderont. Ils savent qu'ils pourront parler de sexe anal, l'amener à accepter un facial, etc... Parce que si elle dit non, ils la menacent simplement de lui retirer leur “amour” et leur approbation.

Les hommes savent que les femmes leur sont supérieures, donc quand une femme de son plein gré prend une position en dessous, c'est chouette pour eux. (Et je réalise que ce n'est pas complètement de leur plein gré, parce que la patriarchie leur a fait un lavage de cerveau, mais les hommes justifient tout ce que fait une femme en disant qu'elle a le choix). Les hommes savent qu'ils ne sont pas meilleurs que les femmes mais ils siment le coup de fouet à leur égo. Ca leur fait oublier temporairement qu'ils sont inférieurs aux femmes.

C'est ce qui à mon sens explique l'hostilité des hommes adressée aux femmes qui n'adhèrent pas au code vestimentaire féminin, qu'elles soient lesbiennes, féministes, ou juste des femmes qui n'en ont rien à foutre de se faire transformer en poupée.

C'est parce que ces femmes-là refusent de passer par toutes ces épreuves de cirque dont le but ultime est de prouver qu'elles sont inférieures aux hommes, et leur refus renvoie aux hommes l'idée de leur infériorité qu'ils essaient d'oublier en se trouvant une armée de femmes féminines et soumises pour sucer leurs queues.

factcheckmefactcheckme - March 14, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

veganprimate, tu es tout à fait dans le vrai en soulignant les problèmes avec le contrôle des naissances, et les effects secondaires à gérer avec (dont les hommes n'ont jamais à s'encombrer) juste pour éviter les conséquences (pour les femmes) du PIV. je suis allergique au latex, et je l'ai découvert seulement après avoir utilisé des préservatifs en latex pendant PLUSIEURS MOIS. (je ne savais pas que je n'étais pas supposée me sentir mal comme cela). et la pilule peut juste TE TUER putain. oui, elle peut tuer. elle provoque des caillots sanguins, et si tu fumes (ou es exposée à de la fumée passivement) tu n'es pas supposée l'utiliser du tout. et les femmes de plus de 35 ans ont des risques accrus. oh, bonté! A nouveau, encore une fois, des conséquences extrêmes pour les femmes dont les hommes n'ont même pas à se soucier. Vous pouvez imaginer s'il vous plait ce qui arriverait si un moyen de contrôle des naissances chimique à utiliser PAR LES HOMMES voyait le jour, et qui comporterait aussi un risque de MORT ?? On peut déjà à grand peine les amener à utiliser un putain de préservatif. les ligues de défense des hommes exploseraient, et avec elles la tête de la nation toute entière. les femmes penseraient probablement que ce serait injuste pour les hommes, même si c'est difficile d'imaginer comment elles justifieraient ces sentiments.

“restons en au statut quo, nous ne connaissons pas les conséquences réelles de cette nouvelle pilule pour les hommes, j'ai été sous la pilule pendant 15 ans déjà et je me porte bien” semble ce qui l'emporterait.

et en ce qui concerne les hommes étant “inférieurs” au femmes, je ne m'implique généralement pas dans ce débat. même si miss andrea a un très bon article sur le pourquoi les hommes ne sont pas humains. c'est réellement tout ce que nous avons besoin de savoir. (j'explique. c'est parce qu'ils ne sont pas “humains.” et cette histoire de PIV en est une belle illustration.)

factcheckmefactcheckme - March 14, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

oh, et oui, le droit acquis que les hommes pensent leur dû concernant le PIV-à-la-demande se manifeste par le viol. maintenant que tu le mentionnes, s'engager dans des relations sans le PIV avec des hommes est en fait extrêmement dangereux à cause de cette raison, et c'est toujours là que je me sentais la plus effrayée. une fois que j'avais commençé à avoir du PIV, la pression était retombée : je n'avais plus à me soucier tant que cela d'être violée, puisque j'étais en train de le leur donner “consensuellement” de toutes façons. Combien cela nous libère !

11. Jennifer Drew - March 15, 2010 

Fword en Grande-Bretagne a fait paraître cet article à propos du PIV qui est bien sûr considéré comme le ‘ vrai sexe’ tandis que toutes les autres activités sexuelles non focalisées sur le plaisir à donner à l'organe sexuel masculin sont considérées comme des ’préliminaires.’ http://www.thefword.org.uk/blog/2010/03/new_feature_pai

Le livre de Shere Hite à propos de la Sexualité Féminine dissipe encore une fois ce mythe que le ‘vrai sexe hétéro’ = le PIV et maintenant de plus en plus le PIA (pénis dans l'anus). La question de ce qui est et de ce que n'est pas le ‘véritable sexe’ a toujours été l'objet de controverses très enflammées et le sujet n'est pas nouveau parce que les femmes ont été exhortées, contraintes et pathologisées pour ne pas vouloir s'engager dans le sexe pénétratif avec les hommes. Anticlimax de Sheila Jeffreys discute la politique sexuelle de ce qui est supposé passé pour le sexe hétéro. Ce livre procure une lecture fantastique quand on y apprend comment les sexologues mâles décidèrent qu'ils étaient les ‘experts’ et qu'ils savaient précisement ce dont les femmes avaient besoin et qui coincidait habilement avec les besoins des hommes.

Les Faits Réels de la Vie : Féminisme et la politique de la sexualité c. 1850-1940 par Margaret Jackson discute du pourquoi la bataille pour l'autonomie sexuelle des femmes est devenue un important enjeu politique au 19ième siècle et début du 20ième siècle.

Maintenant évidemment, le PIV ou toute forme de pénétration du corps femelle est supposée être le seul ‘véritable acte sexuel’ et malheur à n'importe quelle femme qui oserait réclamer son droit de ‘choisir.’ La construction sociale de la sexualité humaine est politique, ce qui explique pourquoi les femmes sont constamment soumises à un barrage d'affirmations qu'elles sont ‘sexuellement dysfonctionnelles’ si elles ne s'accommodent pas de la sexualité masculine, en premier, en second et en dernier. Il y a un monde de différences entre reconnaître que oui, beaucoup de femmes n'aiment pas, ne veulent pas ou ne retirent pas de plaisir du PIV ou du PIA et les revendications faites que les femmes doivent se soumettre à cet acte parce que c'est ‘naturel’ et bénéfique à l'homme.

Ce qui est souvent ignoré c'est que pendant que c'est vrai quelques femmes aiment et désirent peut-être la pénétration, ce fait en lui-même n'implique pas que toutes les femmes hétérosexuelles sont obligées ‘d'aimer et de désirer la penetration.’ Parce que toutes les femmes hétérosexuelles ne désirent pas ou ne souhaitent pas être pénétrées par le pénis ou par n'importe quel objet. Ceci est un fait mais est vertement nié et considéré comme déniant aux hommes leur supposé droit au plaisir sexuel. Les idées dominantes de ce qui est supposé passer pour ‘la sexualité humaines naturelle’ sont politiques et ne peuvent pas être séparées de la domination mâle et du contrôle masculin sur les femmes en tant que groupe.

Cependant, même les idées stimulantes et centrées sur le mâle concernant ce qui est et ce qui n'est pas ‘le sexe hétéro réel’ est considéré comme tellement radical qu'il doit être dénonçé. Il n'y a rien de répréhensible si une femme aime et désire la pénétration mais ce n'est pas la même chose que dire aux femmes hétérosexuelles ‘vous êtes frigide/vous êtes sexuellement dysfonctionelle, etc...’ si vous ne voulez/désirez/aimez pas être pénétrée par un homme, un doigt(s)/main(s) ou un objet. Etant donné que ce sont les hommes qui ont une prostate près de leurs anus qui si stimulée leur donne un immense plaisir sexuel – alors biologiquement c'est le mâle qui devrait être pénétré analement parce que cela lui donnera un plaisir sexuel immense, mais cela en lui-même est politique parce que c'est considéré comme le mâle étant ‘sexuellement passif’ et les mâles hétérosexuels ne doivent jamais être passifs. Ils sont supposés êtres les seuls qui initient et contrôlent n'importe quelle rencontre hétérosexuelle – le rôle des femmes hétérosexuelles est de procurer à l'homme son plaisir sexuel en premier, second et dernier.

Donc nous devons nous demander pourquoi c'est cette femme qui est tenue pour la responsable du contrôle des naissances et pas les hommes ? Etant donné que la pénétration est essentiellement à l'origine un acte reproductif et pas un ‘acte sexuel’ pourquoi est-ce encore considéré comme le seul ‘véritable acte hétérosexuel ?’ Qui en tire les bénéfices et pourquoi ? Serait-il possible que ce soit ainsi parce que considéré comme ‘l'evidence’ visible que l'homme est un ‘vrai homme’ et n'est pas ‘féminin’ ?

12. Level Best - March 15, 2010 

Voici une bombe à retardement en forme de déclaration : Personne n'a un DROIT attitré à avoir du sexe avec autrui, encore moins une forme spécifique de sexe. Balancez cette pensée dans une conversation et vous verrez où les mâles et les fun-féministes vont atterrir après l'explosion !

-------------------------------- TRADUCTION EN COURS ------------------------------------------

factcheckmefactcheckme - March 15, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

very true level best. sex is not a human rights issue, the way *they* think it is. rape, disease, and maternal mortality and morbidity are human rights issues though. you know, so long as we assume that women are *human*.

13. berryblade - March 16, 2010 

VeganPrimate, you are so totally spot on about the PIV bacteria thing. This might be TMI, but everytime I did have PIV I’d always get really bad UTIs. I’m lucky though, I’ve never had any problems with latex. I love that material for some reason!

You’re so right about men’s deisre for PIV sex NOT stemming from them being sexual beings. It’s all about the potential harm and about dominating. I always worked up to PIV sex when I dated men. We’d do mutual masturbation and stuff for a while before I’d consent to PIV. And you know what? The relationship definitely took a turn after the PIV, and not for the better. I think men have a couple of issues. One is that they have low self-esteem. They really believe that they are pieces of shit. And they also believe that sex is bad and dirty. So, in their minds, if someone consents to PIV sex with them, that person must be even worse. Who lets a piece of shit fuck them? An even bigger piece of shit loser. So, that’s their justification to continue to treat us badly.

When women do all the feminine things that are expected of them…like makeup, high heels, acrylic nails from a nail salon, etc. that’s free advertising for men. They know that woman will do anything they ask of her. They know they’ll be able to talk her into anal, get her to accept a facial, etc. Because if she says no, they just threaten to withdrawal their “love” and approval.”

You are so right.

Here’s a time-bomb statement: No one has a RIGHT to sex, much less a specific sort of sex. Heave that thought into a conversation and see where the males and the fun-feminists land after the explosion!”

I think I’ve just fallen in love

factcheckmefactcheckme - March 16, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

i too have been thinking about the acrylic nails and heels thing since veganprimate mentioned it. theres definitely something there, isnt there? men will know, within 200 paces of approaching any woman really, what the chances are that she buys completely into the heteropatriarchy, and above all, into mandatory PIV-sex with men. big fat bulldyke type = zero chance. plastic fantastic = 100% chance. the rest of us: somewhere in between (but more toward the side of the plastic fantastic, unfortunately, even if we dont intend to).

i had a similar thought the other day when i saw a poster for the new show “high school reunion” where one of the women had obviously had more than her share of cosmetic surgery. its as veganprimate says: free advertising, for men (expensive for women, as usual) that this woman is buying it, absolutely and completely. and of course, this completely made me feel fucking ill. WHY??! what the fuck does this woman have to gain from attention from these aggressive, entitled men, who are going to demand PIV? it makes me incredibly sad actually. that women are volunteering to experience extreme pain and risk, so that they can *increase* their chances of landing an aggressive, entitled, abuser. i mean a man. so not worth it.

14. Level Best - March 16, 2010 

“WHY??! . . .does this woman have to gain from attention from these aggressive, entitled men, who are going to demand PIV?”

WORD, fcm. When I was young I dressed like some quiverfull mom to look as sexless (while still apparently as femininity-compliant as I needed to be to keep my job) as possible. A notoriously lecherous (Catholic!) educational administrator never hit on me and when asked by a hit-upon and very annoyed co-worker why he never hit on me (LB) he replied, “She’s so pure.” Well, my ploy worked, and that’s all I wanted! Presume anything that you want about me as long as it keeps me free from your unwanted attentions.

Now that I’m legitimately old, I dress as I damned well please. I’m under the protection of the great goddesses Time and Gravity, now.

factcheckmefactcheckme - March 16, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

well its either quiverfull or bulldyke, level best, and the bulldyke look doesnt fly in most places, unfortunately. your story made me LOL in fact. WELL PLAYED!

and i should have said “capito-patriarchy” before, since thats exactly what the nails-and-high-heels signify (and cosmetic surg even more so). women who are 100% willing to spend their discretionary income on pleasing men…what little discretionary income we have, in *comparison* to men, and nearly guaranteeing that we will be dependant on men, both now and in the future, as you cant save it and spend it, at the same time. ugh. its like a fucking beacon to the most fucked up men out there, who only *want* plastic fantastic women who are completely dependant on them, and who have the most to lose (everything) when the guy inevitably leaves when the next younger plastic fantastic comes around. its a trap, set by predatory males. thats all it is.

15. veganprimate - March 16, 2010 

Now that I’m legitimately old, I dress as I damned well please. I’m under the protection of the great goddesses Time and Gravity, now.

Amen, sister!

I’m getting there, now that I’m 40, and I never did get too much attention, anyway, cuz I look kinda frumpy most of the time. I like the invisibility in terms of not getting sexually harassed, but I don’t like the invisibility in terms of not getting proper service (since a lot of salesclerks are young males), and I just think that whether or not you want to fuck someone should not be the criteria you use in all non-sexual situations. I swear if I fell down in the street, and the only people standing around to witness it were young dudes, no one would call a fucking ambulance! If I had a heart attack, you can be damned sure they wouldn’t give me mouth-to-mouth.

factcheckmefactcheckme - March 16, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

well thats an interesting point, veganprimate. and yet, the fucking transwomen come on here and use it as evidence of “transphobia” that the EMS leave them in the street to die, when they find out they are really men. could it be, in reality, that this is yet another thing that BORN-WOMEN FACE, and is evidence of misogyny? me thinks thats exactly what it is. at least the fucktoys will get someone to call the EMS, where frumps, quiverfulls and bulldykes get ignored completely, by the very strangers and passersby that all people rely on to call 911.

16. tinfoil hattie - March 17, 2010 

Slightly OT, there’s a thread at one of the popular feminist blogs that recently talked about shaving and waxing. I am a horrible person. The only comment I made was that there was a lot of self-hatred going on, because the commenters there referred to their vulvas a “down there,” “Oz,” and “my vaj.” I have not gone back to see how I’ve been excoriated.

But isn’t all this shaving and waxing mostly for men? Because I agree that smooth skin is a pleasure to feel. I like rubbing my big belly for that reason. But about a day after waxing or shaving, isn’t the skin irritated red and bumpy? Or getting stubbly? Requiring constant maintenance? So who is it “for”?

factcheckmefactcheckme - March 17, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

ah, shaving and waxing. you are right that “smooth skin in a pleasure to feel” but we arent talking about big fat (female) bellies, or shaving our heads, now, are we? “maintaining” the hair of the armpits and genitals is more about smell than feel, isnt it? thats why we do it, and they dont, and its why we cant be smooth (fat) and hairless other places, too. smooth puss, long flowing hair up top, and razor sharp elbows and knees. and sharp, jutting shoulderblades and hips and cheekbones too.

its just more plastic-fantastic, and another of the many constant drains on our time and resources. my understanding about the very purpose of armpit and genital hair is that it reduces friction, and also that it acts as a wick to waft our scent around. men can smell, and women cant. if the fun-fems want to make this about sexxxay-fun, instead of seeing it for what it is, then its business as usual for them. feel free to drop a link if you want.

17. SamC - March 17, 2010 

The way that anything other than PIV is referred to as “foreplay” prior to the “main event” (because dicks are centre of the earth, don’tcha know) infuriates me. It reminds me of a time that my girlfriend’s (heterosexual, female) friend drunkenly went down the route of questioning “what lesbians actually do” in bed. My standard response to this (annoyingly frequent) question is to say that if someone is incapable of imagining how to obtain sexual pleasure without the involvement of a penis, they should be more concerned about their own sex lives rather than mine! My girlfriend is much more forgiving than me when it comes to these stupid questions, whereas I just sit there and shout “the world does not revolve around dicks!” when my first answer isn’t enough. Because you know they never ask what gay men do in bed. As long as there’s a dick and a hole to stuff it in, there’s no question to be asked. It makes you realise just how brainwashed women are, that they literally can not imagine a sex act that doesn’t involve being penetrated by a penis.

As for the issue of shaving/waxing – I find the idealisation of the pre-pubescent bald vulva genuinely disturbing, and the idea of waxing so only a tiny strip or shape remains is exactly the same – nothing screams “young girl” more than a few pubes waxed into a heart shape, no? Not to mention that waxing is incredibly unpleasant. In the same way that fun fems will insist they can walk 20 miles in their “fierce” high heels, they will say that they, personally, do not find waxing that painful, and because they “choose” to do it, it must be fine, empowering and even *feminist*. How employing an underpaid ethnic minority woman to wax my genitals (and breathe in toxic fumes while doing my acrylic nails, etc) could ever hold up to feminist analysis of ANY kind is a complete mystery to me.

Women can and will alter whatever bit of themselves they want; we’re all a product of a misogynist culture and some habits are hard to break, but they are not, and never will be acts of feminism. I thought that much had been agreed on several decades ago!

factcheckmefactcheckme - March 17, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

yes, there clearly isnt *any* honest analysis going on there, at all. these things dont stand up to any scrutiny. thats why the new “feminist” frontier is “lived experience.” teh evol radfems arent sexxxay enough, and sexxxay is the only thing thats valuable, right? to hell with whats TRUE, or REAL. so theory becomes irrelevant (convenient, since these fuckwits dont agree with it, yet cant legitimately criticize it, as they dont even understand it most of the time) and everyone is as qualified as anyone else to say what is feminist, and what isnt. including, of course, fucking MEN, fucking TRANSWOMEN, fucking MRAs and fucking ANTI-FEMINISTS. and their allies, aka. third-wave fun fems. fuck them all, i say. and their precious PIV, heels, and other sexxxxay fun that caters exclusively to the capito-patriarchy, and nothing else.

factcheckmefactcheckme - March 18, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

oh, and its difficult to say whether all this hairless business is about infantalizing or dehumanizing (or both?) because neither children nor fuckdolls have body odor, or body hair. perhaps the fucking pedophiles have more in common with your “average man” than average men would like to believe? (yes, yes they do). and as for dehumanizing their victims…the average joes dont fare well here either, as this is standard-issue among war criminals and serial killers too.

18. berryblade - March 18, 2010 

“oh, and its difficult to say whether all this hairless business is about infantalizing or dehumanizing (or both?) because neither children nor fuckdolls have body odor, or body hair.”

too true.

perhaps the fucking pedophiles have more in common with your “average man” than average men would like to believe? (yes, yes they do). and as for dehumanizing their victims…the average joes dont fare well here either, as this is standard-issue among war criminals and serial killers too.”

sounds pretty apt to me as well.

19. SamC - March 18, 2010 

Good point, and I agree it’s probably both. Neither girls nor fuckdolls have any autonomy either. Older men repeatedly spew bullshit, simplistic evolutionary “theroies” as to why they seek sex with women and girls significantly younger than themselves and/or the plastic fantastic women you mentioned earlier, when the simple fact is that they do it so they can have someone who is easier to control, dehumanise and more likely to accommodate them and swallow their bullshit (among other things).

It’s telling that even with all these technological advances we have, it is the women who have become more like fuckdolls and not the other way around.

20. tinfoil hattie - March 18, 2010 

I”m horrible at linking, but Amanda Hess at The City Paper in DC has a pretty good takedown of “vajazzling,” even if she does keep saying “vagina” when she means vulva.

http://www.washingtoncitypaper.com/blogs/sexist/2010/03/15/the-problem-with-defending-the-sacred-choice-to-vajazzle/

factcheckmefactcheckme - March 18, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

wait, you’ve over thought yourself into celibacy? as a woman i cannot comprehend your constant marginalization of a woman’s role in a patriarchal society. where you see women as constant victims to the sexual entitlement of men, i see strength in common ground between the sexes. your critical thinking has done nothing but back you into a corner where you are too fearful to trust your own instincts to guide you to good people of the sex you are attracted to. to banish yourself to a sexless life that will narrow your options of romantic partners seems like you are waving the white flag. the human experience is more complex than the boxes you check off to categorize yourself. you blog doesn’t empower women but is a vulgar constant reminder of our struggle to find equality. instead of encouraging your readers to find their own voice in a male dominated world, you instead set the example to abandon female sexual urges, and personally challenge your own human attraction to the opposite sex. this is not a feminist movement, this a personal sadness.

anyone care to take a crack at this? it was left today, over on the “more rad by the day” post. to give some background, this morning, an old nemesis of mine from newsvine, a third-wave feminist MAN, emailed me and told me he missed our old “debates.” i emailed him the link to this blog, and warned him that, should he decide to comment here, my readers are WAY smart and i dont put up with much shit these days (both are the opposite of the situation at newsvine, when i was still posting there). less than 2 hours later, this appears in my mod queue. i should mention that this man claims that all his female friends are porn-stars, and that they all love thier work, and they hang around with him because he is so great and cool etc (all this per him, of course, as i have no independant knowledge of him or his alleged “friends.”)

coincidence? i doubt it. feel free to respond, if you want. i will be back on later.

21. Big Fat Feminist - March 19, 2010 

Sounds like a mansplanation to me. How thoughtful of this writer to be so very very concerned about your enjoyment of sexuality. You poor poor woman, depriving yourself of attraction to the Mighty Penis of Understanding, as a feminist friend of mine calls it.

The fact is, all sex defaults as Penis-in-something. When we learn about sex in schools (in the few schools that are permitted to teach it anymore), we are taught: The man puts his penis (in my Catholic school they said, “places”) into the woman’s vagina. Sperm is released and mightily fights its way to the patiently waiting egg. Voila! Procreation! That’s sex.

I asked my 13-year-old son if he learned about the clitoris in “Family Life Education.” He said yes. “What is it?” I asked. He said it was pointed out on a diagram, and he’s not sure, but he thinks it’s where women pee from. I said, “Huh. So they didn’t teach you that the clitoris is the only human organ whose sole function is to generate sexual pleasure?” He was stumped.

I remember reading on IBTP, I think, where a commnter said she gave her daughter a vibrator when her daughter turned 13. That was the beginning of my self-challenge around my sexual beliefs. “That’s … sexually inappropriate!” I remember thinking to myself at the time. My first knee-jerk reaction. Then I stareted really contemplating. Why the fuck did I think that was inappropriate? Now I think it was sheer genius. I was so strongly AGAINST teaching girls about how our bodies work! Why? Because … girls should get their sexual pleasure from boys, as God intended it? Because girls don’t “need” pleasure to have sex? Because the miracle of the way our bodies work is somehow dirty or shameful?

There is no such thing as “women’s” sexuality, because it’s all defined in terms of men. So how would any woman know what she is “depriving herself” of, when we’ve never been taught anything real about pleasure, sexuality, what we want, what we need, and what we can get?

factcheckmefactcheckme - March 19, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

yeah, i asked a friend to review that comment, before i approved it, and she said she thought it was written by a man. i figure its either the man who emailed me prior, or one of his pornstar girlfriends to whom he had forwarded the link. as for girls and vibrators, i heard the same thing (somewhere) and thought the same thing(s) you did. after thinking about it for a second or maybe a second and a half, i think its a great idea too. i remember when i was 13 or 14, and i was horny all the fucking time, there was this asshat 17-year old (2 actually, one up the block and one down) who started looking pretty good to me. and i very shortly realized the cure for this “longing” i was feeling for these douchebags: a self-induced orgasm! it was completely an accidental discovery. before orgasm = longing for 17-year old asshat. afterwards: not so much.

22. Big Fat Feminist - March 19, 2010 

“before orgasm = longing for 17-year old asshat. afterwards: not so much.”

HA!

Here’s the sad part for me: I was a champion masturbator from age 13 on, and NEVER associated it with my subsequent “sexual” experiences. How do you like that? I was completely horny all the time, and the boys who were horny too just wanted to 1) feel my breasts 2) rub their hard-ons against me 3) jam my hand down their pants so I could touch their creepy-crawly erections. My own orgasms were my own private thing! How sad (and possibly, how typical) is that? Even when I started to have “real” (PIV) sex, I NEVER had orgasms from it. So I only had orgasms on my own. So put THAT in your “depriving yourself of sexual attraction to men” pipe and smoke it, Mr./Ms. Female Sexuality Concern Troll. Not until I was married, had been with my husband for over 10 years, did I have an orgasm from PIV sex. And it was complete “luck,” if you will. Just happened.

Oy. It’s not complicated at all, is it?

factcheckmefactcheckme - March 19, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

tinfoil hattie, thanks for the link! its all about consumerism, isnt it? and using “freedom of choice!!!11!!1″ to sell us fucking heels, labial reconstruction, and (i hadnt even heard of this til now) heat-activated crystals, to make our pubic mounds glow like a disco ball??? WTF? when, you know, our freedom to choose FOR REAL, in a reproductive context, is being encroached upon daily, and does not even exist in many places, for literally billions of women worldwide. and we have no freedom to opt-out of the capito-patriarchy, and performing (and purchasing) femininity. using “feminism!!!11!!1!” to sell us even more shit to please the patriarchy is really such an obvious ploy. but so many women are falling for it, 100%.

factcheckmefactcheckme - March 19, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

the concern-troll has just outed herself as a “lesbian” transwoman. i swear to fucking christ, these asshats out themselves whenever they open their mouths! and they are worried about *us* outing them. fucking shit. they should learn to shut up, if they are worried about it. ITS SO OBVIOUS.

23. pmsrhino - March 19, 2010 

Seems that person (concern troll) is FAR more concerned about dudes not getting sex from women but is disguising that by talking about how sad women’ll be without a dick. How hard is it for fun-fems to understand that SOME PEOPLE DO NOT WANT TO HAVE SEX? No, really, it’s true. And it’s not for political reasons or anything, it’s just because they DO NOT DESIRE TO HAVE SEX. I swear to whatever fluffy deity there is in the sky that if feminists keep ignoring the lives of asexuals I’m going to punch someone. I have a cousin who was talking to me about how she realized she was asexual and yet when she talked to a lot of people about it (or tried to talk anyways) they gave her bullshit line after bullshit line about how “oh, you just hasn’t found the right guy yet” or “you just haven’t had it yet so you don’t know” and I’m like holy fucking shit those people are stupid! We put so much emphasis on sex and orgasms that everyone forgets that some people just aren’t built with a sex drive. Drives me crazy! D:

There are many many people who can live without sex. Some people just don’t want it at all, some people get tired of it, some people learn to live without it. Hell, so many women don’t get orgasms from sex with dicks that it seems pretty freakin’ pointless to go on and on about women needing sex. I don’t NEED sex, I NEED orgasms, which I can pretty much get anytime I need ‘em, with or without my bf. It’s MEN that seem to NEED PiV sex, so seriously, quit trying to convince women who are onto your bullshit game that they NEED dick to be happy.

And seriously? “you blog doesn’t empower women but is a vulgar constant reminder of our struggle to find equality.” So you would prefer we tell women lies about sexual stripper sex work fun-fem empowerment and keep the patriarchy blinders on rather than tell them what’s actually going on?! We NEED to be reminded how far we still have to go! If we don’t remind ourselves then we’ll quit fighting because we’ll think we have won. We’ll grab our high heels and head to the strip and suck a dick in the name of an empowerment that is completely fabricated by the patriarchy.

Go somewhere else where people will eat your bullshit, concern troll.

factcheckmefactcheckme - March 19, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

pmsrhino, you have hit the nail on the head. and you picked out the best lines, for sure. critical thinking is anti-thetical to empowerment??!! you know, that is so unintentionally funny it hurts. because thats EXACTLY whats required of us, if we are to be fun-fems, or transactivists, rather than radical feminists. dont “over” think. dont “critically” think. if its ugly or uncomfortable in any way, just ignore it. and, you know, if going to the end of your thoughts (aka. “intellectual honesty”) gets in the way of PIV-sex, then the cost is simply too high.

24. Big Fat Feminist - March 20, 2010 

In a too-long-to-read post at Feministe, blogger Sady critiques a Lady Gaga video in which viewers can see Lady Gaga’s “vagina.” A couple of commenters objected, and here’s Jill’s response:

(commenter) “Hello…her vagina is not on display here… her VULVA is. If a feminist writer can’t even get that right what hope is there???”

(Jill) “NONE. The end is nigh. My god, a feminist writer using the informal commonly-used meaning of a word instead of its biological definition… fire her.”

She was joined by amandaw:

(amandaw) “You know, I think there might be something in the usage of the word “vagina” to examine from a feminist perspective: the demographics who use the word most often, afaict, are kids, poor folk, racial minorities, urban lower classes. We can talk about how it’s “inaccurate” or we can appreciate that people are asserting their rights to talk about body parts that are supposed to be kept hidden or private, and talking about them in terms that they like/that make sense to them.”

Those poor Racial Minorities and Poor People: too stupid to know the difference between vulva and vagina. So we shouldn’t try to set the record straight, because we might offend these straw-poor-people and straw-racial-minorities. How INSULTING is amandaw’s comment? The privilege just oozes out.

Internet Feminist tinfoil hattie replied:

(tinfoil hattie) “Yes, by all means, let’s not make a big deal out of using the correct terms for women’s anatomy. It’s all what makes one comfortable, isn’t it? I prefer pussy and cunt. Who cares what the real words are? I’m going to start calling breasts “nipples.” It’s close enough!”

And because it can’t be said often enough, let’s repeat factcheckme:

(factcheckme) “critical thinking is anti-thetical to empowerment??!!”

I don’t get funfeminism. I really don’t. Why bother to even invoke the term “feminist”? Seriously.

factcheckmefactcheckme - March 20, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

fucking feministe. i mentioned on another post that they were the reason i gave up on fun-feminism. it was really a jarring, disappointing realization, but was ultimately a necessary one, and a welcome one. the culprit was a post on women hitchhiking, and how its empowerfulizing!!!11!!1 and my comments there were not well received. and the authors are always on full-bore snarky bullshit response-mode to anyone who dares question them, or their privilege (oh god, the privilege!!!! read the hitchhiking post and your goddamned head will explode. mine did). glad to see that nothing over there has changed, in anyway, and never will. they just refuse to let their readers *teach* them anything, they think they are so goddamned smart. like all 20-year olds. maybe someday, they will get over themselves.

25. SamC - March 20, 2010 

My favourite part was this:

i cannot comprehend your constant marginalization of a woman’s role in a patriarchal society. where you see women as constant victims to the sexual entitlement of men, i see strength in common ground between the sexes.”

I cannot comprehend the ludicrousness of this statement. I mean, if only the millions of women who are forced/sold into marriage, raped, forced into motherhood, denied education and treated as chattel could only see this *common ground*, everything would be fine and dandy! If only I could see the *common ground* between myself and all the men who have tried to take advantage of me and expected me to be sexually available to them and abused me when I refuse to accommodate them, my life would be perfect! Wooo! We’re all the same really! It’d be fine if only feminists would just stop banging on about being oppressed so much!

The use of the word “vagina” to describe any and all parts of female genitals speaks volumes IMO. If I called a dick “testicles” I’d be quickly corrected and presumed to be a moron, if anyone even knew what the hell I was talking about. But when it comes to the female anatomy, who the hell cares, huh?

factcheckmefactcheckme - March 20, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

I cannot comprehend the ludicrousness of this statement.

haha me either. and WHAT COMMON GROUND? what the fuck does this even mean? that we are all of the same genus and species? that we all walk on, literally, the same earth? if ground = the soil of planet earth that we literally walk on with our feet, then sure, why not. we have common ground. but why call attention to that, instead of calling attention to the PROBLEMS? hello! the problem is NOT calling attention to the problem. thats called CIRCULAR REASONING. duh. its like being arrested for “resisting arrest.” what was the offense? resisting arrest. what was the offending party doing that he deserved to be arrested, in the first place? resisting. the arrest. oh, okay then carry on! interestingly, this used to be acceptable in law enforcement, for many years. then the black guys got sick of it, they convinced the white guys that what they were doing MADE NO SENSE and it changed. but the feminists are still spinning themselves dizzy with this very obvious logic-fail. and calling it “empowering” to boot. and the men, ALL MEN, continue to benefit from it. (gee, where are those uber-logical black guys when you need them??)

factcheckmefactcheckme - March 20, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

i have a new post up, if anyone is interested. have a great weekend! (feel free to comment, i will be checking in even though its a REALLY nice day here today, and i plan to have something to drink).

http://factcheckme.wordpress.com/2010/03/20/fun-feminism-health/

26. thebewilderness - March 21, 2010 

your critical thinking has done nothing but back you into a corner where you are too fearful to trust your own instincts …

This was the bit that connected with the previous comments about the current fashion in body displays as indicators of degrees of compliance.

It isn’t the critical thinking, but rather the conditioning that is in conflict with our instincts.
Body maintenance is connected to self worth and public value. Even setting aside the status display, although it is part of the whole, we are conditioned to believe from infancy that self grooming is a marker of self worth. It comes as no surprise to me that hyper grooming practices such as pube shaving are the result of defining a specific behavior as a mechanism for women to achieve something that it has no relation to.
How would you even find your instincts under all those layers of conditioning? And yet we do.
That would indicate that the critical thinking is useful in freeing us to trust our instincts.

The bit about pointing out the obvious, that women are marginalized in a male dominated society, making you guilty of marginalizing women, is just another permutation of shooting the messenger.

I can’t find it in my heart to blame the women who bend to the conditioning. I do get a little pissy over their unwillingness to question it.

27. pmsrhino - March 22, 2010 

I had to share this. it relates so much to what we’ve been talking about in this post.

http://www.thefword.org.uk/features/2010/03/painful_vagina

factcheckmefactcheckme - March 23, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

And here is the crux of the problem, that despite improvements in the level of my chronic pain over the years, I’ve never felt able or pain free enough to resume penetrative sex. And unfortunately the solutions offered (nerve ablation anyone? You won’t feel anything, but you’ll be able to have sex!), and the views of the medical establishment have constantly reinforced the view that intercourse, penetration, actual ‘proper’ fucking you know – not just that twiddling around with each other – is the ultimate goal. The norm. And I have accepted that – desperate to be able to have a ‘normal’ sex life again (despite the fact that it was never orgasmic for me when we were able to do it – in stark contrast to our sexual relationship now). I was horrified to read self-help books on this topic that seemed to advocate attempting penetration, even with a degree of pain (“some women find they can tolerate/manage…”). Who were these women forcing themselves to engage in sexual activity that hurt them!? Perhaps victims of the phallocentric view of male sexuality that has somehow come to represent for us all, the sad pinnacle of sexual attainment. I never forced myself to do it. I’m not stupid. If it hurts I’m not doing it. But I felt the overwhelming guilt that I was somehow denying my husband a rich and full sexual life. I hated myself.

thanks for the link pmsrhino. loretta mentioned this condition here too, in response (i think) to the transwoman who said she felt “sad” that i had “overthought myself into celibacy”. LOL what does “celibacy” have to do with anything? not having PIV is synonymous with celibacy now?! for a fucking transwoman, i dont doubt that makes perfect sense. for the rest of us who know better…well we know better dont we?

28. | anti social butterfly (IMHO) - June 2, 2010 

[...] from Femonade again. [...]

29. compugrl - June 10, 2010 

I’ve been reading a lot about PIV and how it shouldn’t be the main course, and I’m having a little trouble understanding why it’s so bad. Yes, I know the general risks of it, but if we are going to be asking men to give us pleasure, shouldn’t we return it? I guess its hard for me to connect that PIV automatically equates to male domination. I for one love PIV with my husband, despite the risks because it makes him feel good, which in turn brings me to orgasm. My husband is not typical however, and (though not as often as I do) even brings me to climax without PIV and any concern of what he’s getting out of it. Maybe because I feel when it comes to my sexual partnership, we are equal…to some extent. My husband is not perfect but he does try, and really I feel that is satisfying because let’s face it nobody is perfect, but if you try it’s better than nothing. I hope this isn’t taken into the wrong context because I am feminist I just don’t understand what an alternative to equal pleasure would look like if it wasn’t PIV. Not to mention it would totally discredit science and the hard wired idea that men want to spread their seed (not that I agree with that idea as I think it’s an excuse for men to behave like horny dogs humping the legs of whatever women turns their nasty little heads), please I really want to understand this.

factcheckmefactcheckme - June 10, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

I would direct you to the “intercourse house party” series, located in the sidebar. In a nutshell, what’s so bad about piv is that it can kill you, or make you extremely ill. This is tough material, i won’t pretend its not. But once you stop equating piv with sex with piv,you start seeing piv for what it is. It’s as clear as day. It really is.

30. Laura - June 11, 2010 

I see where you are coming from compugrl. Personally I really enjoy PIV sex, and to be honest I think that outweighs any risks, most of which are mitigated with a condom anyway. Its not as though I am forced to, in fact given the option I prefer climaxing through PIV rather than any other way.

so is that really my husband dominating me?

If its my choice (given I know the risks) then is it really so bad?

factcheckmefactcheckme - June 11, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

are you two responding to anything thats been said here? or are you just posting to hear yourselves talk? this is a serious question. at any rate, “i LUVS piv!!!11!!1″ is pretty cliche. read more, and post less, is generally sound advice.

31. Laura - June 11, 2010 

I’ve actually read a large proportion of your posts FCM, so don’t be so sure that I haven’t.

I was just trying to point out that in my relationship, my husband doesn’t feel entitled to PIV sex, we both find it the most satisfying over any other act. So your massive generalisation of the situation is totally not the case with me.

Frankly I disagree with your entitlement argument altogether… You give the reader two options, its either a preference or an entitlement. Which isn’t a particularly accurate model of the situation. To a man, the biological function of their penis is to go into a vagina. So is it so surprising that its what they find most satisfying? I mean, you are expecting men to suppress a desire that is fundamentally based in their biology and which has evolved over millions of years. That’s not particularly practical is it really?

I totally agree that women should have the choice in a relationship as to what form of pleasure they give or receive. And that in many relationships that most likely isn’t the case. But demonizing PIV in its self is a little bit silly, not to mention pointlessly impractical.

And being extremely patronising and full of yourself is quite cliche radfem behaviour IMO.

Be a bit more humble, its generally sound advice.

factcheckmefactcheckme - June 11, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

Totally! Yawn. This fun fem individualism puts me into a fucking coma, i am not even kidding. It’s so boring. I don’t know how you people stand yourselves.

factcheckmefactcheckme - June 11, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

It’s also essentialist, isnt it? I mean really, Wtf? Next you are going to accuse *me* of being an essentialist, because that (and being arrogant) is what you think radfems are. When really, its a simple case of your not understanding the definition of commonly used words. Like arrogant, and essentialist, for example. Oh, and “responsive”. That’s another one that doesn’t mean what you apparently think it means.

factcheckmefactcheckme - June 12, 2010factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme - factcheckme

PS. wrapping up an entitlement in terms of “biology” doesnt help your cause any. the only true biological imparatives are eating/drinking in general, eliminating said substances, and tending to get out of the cold, the heat, and the rain. *these* are biological imparatives, that we would perform regardless of conditioning, or choice. ie, we couldnt NOT perform them, or we would be dead inside a few weeks at the most. everything else is a choice, the only question is how badly do we want (NOT NEED) it, and why.